jeudi, juillet 25, 2024
spot_img

Des milliers de personnes se rassemblent à Paris pour protester contre la montée de l’extrême droite

Des syndicats, des médias indépendants et des organisations citoyennes ont organisé un rassemblement à Paris mercredi soir pour soutenir le bloc de gauche et dénoncer la montée de l’extrême droite au second tour des élections législatives.

Des milliers de personnes se sont rassemblées mercredi à Paris pour protester contre les résultats du premier tour des élections législatives françaises, après que le parti d’extrême droite, le Rassemblement national, a obtenu le plus grand nombre de voix.

De nombreux syndicats, des médias indépendants et des organisations citoyennes ont participé à la manifestation, appelant les électeurs à faire barrage à la montée de l’extrême droite pour le second tour des élections, prévu dimanche.

De nombreuses personnes présentes craignent qu’une victoire de l’extrême droite ne restreigne les libertés civiles en raison des antécédents de xénophobie et d’antisémitisme du Rassemblement national.

“Si demain l’extrême droite gagne, je ne sais pas ce que deviendront mes camarades étudiants étrangers, les binationaux qui seront stigmatisés, les personnes LGBTQ, les personnes de couleur, ce que deviendront les femmes, car l’extrême droite est l’ennemie de toutes ces personnes”, a déclaré Salomé Hocquard, vice-présidente de l’Union nationale des étudiants de France (UNEF), l’une des organisatrices de la manifestation.

Un Front républicain plus faible qu’au cours des décennies précédentes

Pour empêcher le Rassemblement national d’obtenir une majorité de 289 sièges, la coalition de gauche connue sous le nom de Nouveau Front populaire (NFP) et le parti du président français Emmanuel Macron, Ensemble, ont déclaré qu’ils retireraient leurs candidats dans les circonscriptions où ils sont arrivés en troisième position pour soutenir d’autres candidats plus forts opposés au Rassemblement national (RN) lors du vote de dimanche prochain.

Cette tactique, connue sous le nom de Front Républicain, a fonctionné dans le passé, lorsque l’extrême droite était considérée comme un paria politique.

Si les électeurs se mobilisent massivement, ils pourraient empêcher le Rassemblement national d’obtenir la majorité absolue au Parlement dimanche prochain. Mais la lassitude des électeurs est un obstacle majeur.

“Je comprends que les gens en aient assez. Nous sommes tous fatigués de voter contre l’extrême droite à chaque élection, mais celle-ci n’est pas comme les autres car l’extrême droite est aux portes du pouvoir et est capable d’obtenir une majorité absolue”, a déclaré Laïla Idtaleb, représentante de la Ligue des droits de l’homme de France (LDH).

Les jeunes sont susceptibles de s’abstenir de voter, tandis que la génération plus âgée et disposant de revenus plus élevés est la plus susceptible de voter.

Alejandro, 23 ans, créateur de contenu basé à Paris, a déclaré qu’il ne participerait à aucune élection.

“Je ne voterai pas parce que, qu’il s’agisse de l’extrême droite ou de la gauche, rien ne changera. Ils essaient de créer un fossé pour nous séparer”, a-t-il déclaré à Euronews.

Toutes les personnes présentes à la manifestation n’étaient pas d’accord avec le message général. Rémi, 61 ans, est venu à la manifestation par curiosité.

Il est un fervent partisan du Rassemblement national et a déclaré à Euronews qu’il était fier d’avoir voté pour un candidat d’extrême droite au premier tour.

“Voter pour un parti d’extrême droite, c’est un vote qui montre le mécontentement général des Français, qui ne peuvent plus vivre en sécurité à cause de l’afflux de migrants”, a-t-il déclaré.

“Ce rassemblement ne reflète pas du tout l’état d’esprit des Français. C’est juste quelques personnes qui se sont réunies, mais les gens au cœur de la France, dans les campagnes, pensent différemment. Et ils sont bien plus nombreux que ce qui se passe ici”, explique-t-il avant de débattre avec un jeune étudiant de gauche.

Le Rassemblement national est arrivé en tête des élections européennes de 2024 dans plus de 32 000 des 35 000 communes françaises, tandis que les grandes villes comme Paris et Lyon ont tendance à voter pour des candidats de gauche.

- Advertisement -spot_img