jeudi, juillet 25, 2024
spot_img

Bien Etre Interview (2008)

Elle chante ses joies et ses peines toujours avec le même punch et
la même sincérité. Avant de se retrouver sur la scène de l’Olympia,
Michelle Torr nous livre toutes ses astuces pour être bien dans sa peau.

Michele Torr
« Je suis très à l’écoute de mon corps !»

Bien Etre:
Votre album Ces années-là ! contient sept inédits et sept reprises des années 60. Le choix a-t-il été difficile ?

Michele Torr:
L’idée de départ de cet album a été la tournée « Âge Tendre et Têtes de bois » que je viens d’arrêter au mois de février, et également, pour le trentième anniversaire de sa disparition, un hommage à Claude François dont jai longtemps assuré la première partie des tournées d’été, sans oublier, en 1964, mon premier Olympia, toujours avec Claude.

BE :
Qu’avez-vous appris à son contact ?

MT :
C’était un visionnaire. Il était en avance sur son temps. Il ma appris le perfectionnisme… Je peux donc dire que j’ai fait l’école Claude François !

BE :
Revenons au choix de vos chansons ?

MT :
Autant javais envie de faire un dis-que, autant je ne savais pas dans quelle direction aller. Tout est parti de la chanson de Claude Cette année-là. Ensuite, tout s’est enchaîné très rapidement et surtout très naturelle-ment, les reprises comme les inédits.

BE :
Qu’avez-vous voulu dire avec une de vos chansons inédites On aurait pu s’aimer d’amour ?

MT :
Cest assez personnel, mais maintenant que je le chante, je vais vous ex-pliquer… C’est un peu mon histoire avec Claude, durant les trois ans de tournées que nous avons faites en-semble. Cest vrai, nous aurions pu nous aimer d’amour mais, au fil des jours, l’amitié nous a pris de court!

BE :Depuis votre premier disque C’est dur d’avoir seize ans jusqu’à aujourd’hui avec C’était toi, vous avez toujours chanté l’amour. Qu’est-ce que cela représente pour vous ?

MT : Pour moi, l’amour cest avant tout la confiance en l’autre. Selon l’expression consacrée : « Il n’y a pas d’amour, il n’y a que des preuves d’amour. * Votre vision de l’amour a-t-elle changé au fil du temps?

MT :
Bien sûr ! À seize ans, j’attendais le Prince charmant. Heureusement, en prenant de l’âge, on devient plus lucide et surtout plus tolérant. L’amour évolue, mais je suis fidèle à mes amours. On se marie, on se sépare, puis on aime différemment la personne avec laquelle on a fait un bout de chemin.

BE :
Est-ce toujours de l’amour ?

MT :
Une fois la passion et ses bagarres passées, la vie est bien faite car on se retrouve, et il reste alors une profonde tendresse. On confond souvent amour et possession, puis un jour on accepte mieux les choses. Cet amour est plus qualitatif.

“La pratique régulière
du yoga m’a permis
de vaincre le stress”

BE :
Amitié, amour, passion, desir… comment s’y retrouver ?

MT :
Nous savons bien tous que la passion et le désir ont une fin, que la vie à deux est compliquée et exige une négociation constante, qu’elle transforme irrémédiablement le désir à l’état pur en simple affection, même si celle-ci peut s’avérer bien plus profonde que les liens charnels.

BE :
Vous êtes très souvent sur les routes afin d’honorer tous les concerts que vous donnez en France comme à l’étranger. D’où tirez-vous cette force ?

MT :
Je suis quelqu’un de perfectionniste qui tire sa force de l’amour reçu sur scène. Chanter c’est donner dans une osmose complète. C’est une commu-nion, une prière qui maide à exorciser mes joies comme mes peines.

BE :
Etes-vous en accord avec l’image que les autres ont de vous ?

MT :
Vous voulez savoir si je maime ? Croyez-moi, il y a encore du travail!
J’apprends à tous les instants et jessaie de maméliorer avec le temps.
Mais les preuves d’amour du public valent toutes les vitamines du monde.

BE :
Etes-vous préventive au niveau de votre sante ?

MT :
Je suis tres à l’écoute de mon corps. La vie nous envoie parfois
des signes d’alerte qu’il ne faut pas négliger afin de faire les révisions
nécessaires avant qu’il ne soit trop tard.

BE :
Comment perçoit-on ces signes ?

MT:
À l’époque où je faisais environ 250 galas par an, je vivais à
« cent à l’heure » sans avoir le temps de regarder derrière moi.
Et puis un jour, l’organisme a craqué. Je me suis alors prise en
main et c’est cette attitude préventive qui me permet d’être
aujourd’hui bien dans ma tête et bien dans mon corps.

BE :
Comment entretenez-vous votre forme?
Je prends régulièrement des compléments alimentaires,
et notamment des oméga 3, ainsi que la propolis et tous les
produits de la ruche afin de protéger ma voix.

BE :
Etes-vous sportive ?

MT :
À ma façon ! J’ai mon Power Plate que jemporte avec moi en tournée, ce qui moblige à faire de l’exercice dans ma loge.

BE :
Surveillez-vous particulièrement votre alimentation?

MT :
Jaime savoir que je me lais du bien en mangeant, cest pour cela que ie privilégie tout ce qui est naturel. J’uti-lise, par exemple, l’huile d’olive qui provient des oliviers de mon jardin en Provence, aussi bien pour la cuisine que pour nourrir ma peau ou mes cheveux. Je mange des fruits et des légumes, un peu de poisson et pratiquement jamais de viande, et je m’autorise, pour le plaisir, un petit verre de Brouilly!

BE :
Avez-vous des astuces pour rester mince ?

MT :
J´ai compris, à partir de la cinquan-taine, que les kilos étaient difficiles à perdre. Aussi, pour garder la ligne, je bois beaucoup deau et bien sûr du thé vert qui est un aide-minceur particulièrement efficace.

“La vie nous envoie
parfois des signes
d’alerte qu’il ne faut
pas négliger” 

BE :
Savez-vous vous relaxer facilement?

MT :
En bon Bélier, jai du mal à tenir en place car je suis toujours pressée et je fais plusieurs choses en même temps. Le yoga ma beaucoup aidée. Sa pratique régulière ma permis de vaincre le stress et de retrouver l’équilibre.

BE :
Vous vivez actuellement à Aix-en-Provence. Etes-vous plutôt ville ou plutôt campagne ?

MT :
Je suis a peu pres a deux kilome-tres du centre-ville, entourée de verdure et d’animaux. J’aime ces moments de solitude qui ne me pèsent pas du tout. Cela me permet de me ressourcer et de rêver.

 

BE :
Dans quelques jours, vous serez, pour la onzieme fois, sur la scene de l’Olympia. Etes-vous prête ?

MT :
C’est une excitation que je compare à un rendez-vous amoureux. Je me prépare, je me fais belle et je vais donner le meilleur de moi-même. Cette rencontre damour avec mon public, je la vois comme un partage. J`ai comme des ailes en ce moment !

Vous venez d’ailleurs d’ajouter un deuxième « |» à votre prénom ?

Au départ, mon vrai prénom, cétait Michelle avec deux «1 ». Mais, lors de la sortie de mon premier disque, une erreur s’était glissée sur la pochette. J’ai décidé aujourd’hui de retrouver mes deux « l», qui sont ma véritable identité, peut-être inconsciemment afin de mieux menvoler avec les ailes de mon ange gardien!

BE :
Vous, qui chantez l’amour depuis tou-jours, préférez-vous donner ou recevoir ?

MT :
J`ai beaucoup donné et je reçois beaucoup également. Il ne faut pas confondre l’amour avec l’envie d’ai-mer. Mais je sais que dans toute quête d’amour, il y a aussi un manque à combler. Le manque d’estime de soi, les peurs intimes, le sentiment d’aban-don, la dépendance émotionnelle…

BE :
Avez-vous des regrets à ce sujet ?

MT :
J’ai effectivement un regret, mais je tiens à le garder au fond de moi car c´est tres personnel et surtout cela nengage pas que moi. Etant donné que je suis arrivée à en parler à la personne concernée, j’ai déjà fait un grand pas en avant et me sens comme libérée et sauvée.

- Advertisement -spot_img