jeudi, juillet 25, 2024
spot_img

Pourquoi l’ISIS ne peut pas redonner vie au califat ?

Depuis la défaite des forces d’ISIS à Al-Baghouz en 2019, cinq facteurs ont entravé la renaissance du groupe en Syrie et en Irak.
Le 23 mars 2019, les Forces démocratiques syriennes (FDS), aidées par la Coalition mondiale dirigée par les États-Unis, ont pris le contrôle du village d’Al-Baghouz, dernier bastion de l’État islamique (ISIS) en Syrie. La chute d’Al-Baghouz a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase d’une série de défaites qui ont éliminé le dernier contrôle territorial du groupe en Syrie et en Irak, où il avait déclaré son califat en juin 2014.

Au cours des quatre années qui ont suivi sa défaite, l’ISIS a tenté de faire son retour en continuant à attaquer ses adversaires en Syrie et en Irak. Il a été aidé dans cette entreprise par plusieurs facteurs, notamment la pandémie de Covid-19, les opérations militaires turques en cours dans le nord-ouest de la Syrie et les divisions sectaires attisées par les régimes autoritaires en place. Cependant, le groupe n’a pas su tirer parti de ces opportunités et de multiples facteurs pourraient rendre très difficile un retour à son statut d’avant 2019.

Le premier et le plus important de ces facteurs est que les conditions locales, tant en Syrie qu’en Irak, ont milité contre le retour d’ISIS.

Lorsque l’ISIS a déclaré son califat en 2014, les deux pays souffraient des conséquences d’une instabilité à long terme causée par le sectarisme religieux, la division politique et les conséquences du Printemps arabe de 2011. Aujourd’hui, le régime syrien et ses alliés ont repris le contrôle de nombreuses régions du centre et de l’est du pays qu’ils avaient perdues après 2011, et l’armée et les services de sécurité irakiens ont développé leurs capacités militaires, en partie en coopérant avec les dizaines de milices locales, directement soutenues par l’Iran, qui opèrent dans le pays.

Le deuxième facteur est le récent reflux de la vague islamique, non seulement en Syrie et en Irak, mais dans toute la région. La popularité des groupes salafistes extrémistes comme ISIS et le Front Nusra a drastiquement diminué, en particulier au sein des communautés que ces groupes contrôlaient et qui ont été témoins de milliers d’exécutions perpétrées contre les “infidèles” et les “traîtres”. Mais ces communautés se sont également engagées davantage en faveur d’une gouvernance civile laïque, en particulier à la lumière de l’échec plus large des mouvements islamiques politiques, que beaucoup ont considéré comme la preuve que les expériences de gouvernance islamique ne seront pas autorisées à prospérer, quelle que soit leur nature ou leur orientation.

Le troisième facteur empêchant le retour de l’ISIS est la nature de la population dans les zones où le groupe est actuellement présent. Lorsque les FDS et les forces de la coalition ont repris les territoires irakiens et syriens à l’ISIS, ses adhérents locaux – ceux qui avaient directement travaillé pour l’organisation, ou d’autres qui avaient adopté ses doctrines – ont été contraints de fuir vers les pays voisins ou les régions contrôlées par d’autres puissances, comme le nord de la Syrie. Cette migration a éloigné l’ISIS de sa base populaire et l’a exposé à de nouveaux revers, d’autant plus que la plupart des habitants des régions où l’ISIS est présent, à quelques exceptions près dans les zones contrôlées par les FDS, sont loyaux envers les autorités en place.

Le quatrième facteur est l’incapacité de l’ISIS à attirer de nouvelles recrues pour compléter ses rangs. La restauration d’un califat de l’ISIS nécessiterait une main-d’œuvre importante, et le manque de nouveaux conscrits a incité l’organisation à essayer de libérer des milliers de ses combattants détenus dans les prisons des FDS. Le 20 janvier 2021, des groupes affiliés à ISIS ont attaqué la prison d’al-Sina à Al-Hasakah, une ville située à l’extrême nord-est de la Syrie. Cependant, l’attaque a échoué car les forces de la coalition sont venues en aide aux FDS, et ISIS a finalement perdu des dizaines de ses combattants détenus à l’intérieur de la prison.

The fifth and final factor that has thwarted the revival of ISIS as a political project is the decline in the proliferation of weapons and the loss of financial resources that previously filled its coffers. ISIS’s rise relied on large quantities of weapons, such as those it acquired upon its takeover of Mosul, and which sustained its presence until its downfall in Al-Baghouz. The current lack of weapons has stripped the organization of much of its military capabilities, and it will be forced resort to guerrilla tactics and attritional warfare—a strategy that keeps the organization alive, but only as an inconvenient nuisance, rather than a force capable of achieving significant gains.

- Advertisement -spot_img